Publié par : Marie | 11 avril 2012

La petite fille et le train

Il était une fois une petite fille qui aimait beaucoup les trains. Elle avait pris le train pour la première fois à l’âge d’un mois pour aller rendre visite à sa famille et elle avait été fascinée par le trajet en métro pour rejoindre la gare, les panneaux d’affichage, les sièges, le défilement du paysage…
Ses parents avaient pris des places de première classe pour être tranquilles et lui avaient montré les arbres et les villes. Elle avait tout observé avec de grands yeux curieux, et puis elle avait pris un petit snack et fait une sieste après toutes ses émotions.

Quelques temps plus tard, un long week-end s’est annoncé et elle a repris le même TER avec ses parents. Pour le trajet retour, elle s’est blottie contre sa maman chérie dans l’écharpe de portage, en attendant de pouvoir être déposée sur un siège, toujours en première classe, parce que ses parents voulaient qu’elle soit au calme. Le train est arrivé en gare, et à sa grande surprise elle n’est pas allée en première classe : ses parents et elle sont restés dans le couloir, coincés entre d’autres malheureux passagers et des valises.
Notre petite fille avait fait la connaissance du surbooking…

Elle a aussi fait la connaissance de l’absence de climatisation (ben oui, dans le couloir) et d’insonorisation. Elle a failli rencontrer violemment la porte de séparation entre deux wagons, à la faveur d’un couple de vieux qui l’ont ouverte sans ménagement à 2 centimètres de sa tête.

Un siège ? Pour un petit bébé de trois mois ? Vous n’y pensez pas, les passagers installés se sont bien gardés de se lever. Le contrôleur, s’il y en avait un, devait probablement se cacher de peur de rencontrer ce père de famille que nous avons aperçu sur le quai en train de faire une crise de nerfs et de hurler sur la SNCF. Sans oublier les dizaines de passagers restés sur les quais, aux arrêts suivants, tant le train était plein comme un œuf.

Finalement, un gentil voyageur lui aussi coincé dans le couloir a fait de la place à notre petite héroïne et sa maman en les laissant s’asseoir sur sa valise. Par je ne sais quel miracle, notre fille chérie a dormi comme un sonneur pendant 1h30 de cahots.

Voilà ma petite chérie, on te présente la SNCF et sa conception du service public. Et par la même occasion, on te présente les gens, les négligents, ceux qui s’en foutent, et les généreux aussi. Merci monsieur.

Publicités

Responses

  1. Ah la SNCF, toute une histoire !
    C’est dingue quand même que personne ne t’ait proposé sa place… Les gens sont souvent prêts à râler, souvent moins à aider… Merci à ce monsieur qui vous a offert le peu qu’il avait…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :