Publié par : Marie | 23 février 2012

Madame ou Madame

ça y est, « Mademoiselle » va disparaître des formulaires administratifs. Vont aussi disparaître les « nom patronymique » et « nom d’épouse », au profit de « nom de famille » et « nom d’usage ». Je suis toute surprise que cette cette revendication ait abouti, au vu des railleries qu’avait suscité la campagne « Madame ou Madame » des Chiennes de garde et d’Osez le féminisme. Et j’en suis aussi très contente. Parce que :

– oui, la présence de deux cases « Madame » et « Mademoiselle » est discriminante, parce qu’elle revient à demander aux femmes, et uniquement aux femmes, d’indiquer un renseignement qui est de l’ordre de la vie privée (le fait d’être mariée ou pas). Sachant, que, de plus, rien n’interdit à une femme célibataire de cocher « Madame », puisque le terme « Mademoiselle » est une pure coutume sans réalité juridique. Quand l’administration a besoin de connaître la situation matrimoniale d’une personne (par exemple pour le calcul de l’impôt), elle ajoute fort intelligemment des cases « célibataire », « marié ou partenaire d’un PACS », etc.

– oui, « Madame » et « Mademoiselle » introduit des complications inutiles. Actuellement, quand on indique des renseignements qui semblent contradictoires à l’administration, elle se permet souvent de corriger. Il m’est arrivé plusieurs fois de cocher « Madame », puis d’indiquer mon nom, en laissant en blanc le « nom d’épouse » puisque je ne porte pas le nom de mon mari, et de m’apercevoir que l’administration s’était permis de m’enregistrer comme « Mademoiselle »… J’ai aussi entendu plusieurs fois « ah ben si vous portez pas le nom de votre mari on peut pas mettre Madame, le logiciel veut pas, si on veut Madame on doit mettre un nom d’épouse différent du nom de jeune fille ».

– oui, cette distinction est anachronique : par exemple aujourd’hui, près de la moitié des enfants naissent de couples qui ne sont pas mariés. Mais ma voisine, qui a 50 ans et qui est mère de famille, se voit affubler d’un « Mademoiselle » par l’administration… De même pour les partenaires de PACS.

– non, le nom « de jeune fille » n’est pas, comme pourrait le laisser penser ce terme, un nom temporaire, qu’on perd en se mariant. C’est votre nom de famille pour la vie, celui qui figure sur les registres d’impôts et les listes électorales. Il existe deux cas où une personne change réellement le nom : si elle fait l’objet d’une adoption plénière, ou si elle demande à un tribunal de changer de nom parce qu’elle s’appelle Ducon, ou Hitler… Une personne, homme ou femme, qui est mariée et utilise le nom de son conjoint porte un nom d’usage.

– non, « nom de famille » et « nom patronymique » ne sont pas synonymes. Le nom de famille n’est pas nécessairement « patronymique », ça peut être celui de la mère, y compris lorsque les parents sont mariés — c’est le cas chez nous, notre fille porte mon nom.

– non, « nom d’épouse » et « nom d’usage » ne sont pas synonymes non plus. Il existe plein de cas de personnes qui portent un nom d’usage indépendamment du fait d’être mariées ou pas. Par exemple mon amie N, qui a un nom polonais très difficile à prononcer et a pris comme nom d’usage celui de son beau-père, français. Ou mon camarade de promo J, qui a deux particules mais n’en utilise qu’une au quotidien, parce que c’est plus simple pour son adresse mail professionnelle en prénom.nom.

– non, cette réforme ne vous empêche absolument pas de vous faire appeler Mademoiselle par votre banquier / boulanger / employeur / gardien d’immeuble / club de sport. Elle ne concerne que les formulaires administratifs.

– oui, plein d’autres pays, y compris francophones, ont déjà adopté de telles réformes et tout se passe bien chez eux.

– non, effectivement, ça ne réduira pas les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. ça ne les augmentera pas non plus. ça n’aura pas d’influence non plus sur les avortements sélectifs de filles et les infanticides sélectifs de filles en Asie, ni sur l’utilisation croissante du viol comme arme de guerre, ni sur le taux de scolarisation des filles en Afrique. Je remarque d’ailleurs que les gens qui s’insurgent qu’on milite pour un « détail » comme l’abolition de Mademoiselle alors qu’il y a des causes plus importantes ne militent souvent pas non plus pour ces causes plus importantes.

Mais si vous pensez que cette histoire de Mademoiselle est futile et qu’il y a des combats féministes plus importants à mener, allez-y, les femmes vous en seront reconnaissantes. Même chose pour les combats pas féministes, d’ailleurs. Mon amie E qui distribue des sandwichs aux SDF de son quartier ne dédaignera pas votre aide. Les associations qui acheminent de l’aide humanitaire en Syrie sont preneuses de vos dons également.

Et tout ça me rappelle une autre info, passée un peu inaperçue hier derrière l’annonce de la suppression de « Mademoiselle » : les chrétiens (dont moi) sont entrés hier dans le Carême. J’en parlerai dans un prochain billet…

Publicités

Responses

  1. Ton billet est plein de sens et de vérité !

  2. Merci pour le rappel de ces subtilités !
    Celle qui, moins d’une semaine après son arrivée, a eu cette conversation :
    – une collègue : alors voilà moi je suis XX, mon poste c’est…
    – mon chef : et c’est madame ou mademoiselle ?
    – moi, sans transition : c’est madame car on n’a pas à connaître son statut marital ou de famille
    Ca a jeté un blanc, la collègue n’a rien dit et on est passé au sujet de la réunion…
    Connaissant mon chef, ce n’était pas méchant (même si intrusif), c’était pour ne pas faire de boulette car comme dis le monsieur de la vidéo sur le site madameoumadame, cette collègue n’était ni jeune ni vieille et pouvait potentiellement être mariée et avoir des enfants…

  3. Comme on fait des choix différents, comme on est différentes, et comme je trouve quand même… que tu as raison !
    Moi j’ai tout fait comme dans les livres, de Mlle Poison à Madame Chocolat, et sans regrets, j’en parlerai sûrement chez moi (grâce à qui ?)

    Mais je trouve que rappeler que c’est loin d’être la seule façon de faire, et que chaque couple peut trouver celle qui lui correspond, c’est salvateur… Pour moi, c’est un peu comme le débat « pour/contre » les mères au foyer. Je pense ne pas l’être un jour, cela ne me parle pas (encore ? 😛 ) . Pour autant, je ne crois pas que les femmes au foyer sont des cruches soumises… Elles ont une autre vision de la féminité que la mienne. Et heureusement, sinon, on s’ennuierait ! 😀


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :