Publié par : Marie | 29 novembre 2011

Avent

Dimanche, c’était le premier dimanche de l’Avent. Le mari et moi avons donc fait ce que nous faisons chaque année à cette période : déballé et monté la crèche ! On l’a fait dans chacun de nos appartements, même le micro-studio où on n’avait de place pour rien… On a aussi ressorti les playlists Spotify de chants de Noël, j’ai commencé à compulser mes livres de recettes de Bredele, il faut qu’on envoie nos invitations pour la soirée de Saint-Nicolas qu’on va organiser…

Pour moi, Noël, c’est une affaire sérieuse. Il faut dire que j’ai grandi en Alsace. Cet été, nous avons visité une cave à vin où était organisée une exposition sur les arômes du vin : pour chaque type d’arôme (fruits rouges, cuir, épice…) un bocal en verre renfermait un ensemble de fruits, fleurs, denrées diverses dont l’odeur combinée donnait l’arôme considéré. J’ai senti celui intitulé « épices » et me suis exclamée : « oh, ça sent Noël ! » Noël, ça sent la cannelle, le gingembre, l’orange, le vin chaud, le chocolat, l’anis… et évidemment, en tant que catholique pratiquante, Noël est la célébration de la naissance de Jésus. C’est aussi le moment où, normalement, on se retrouve tous en famille. En général, le mari et moi essayons de rassembler nos deux familles à un même endroit, soit chez mes parents, soit chez ses grands-parents, pour Noël.

Mais cette année ce sera particulier : comme notre fille est officiellement prévue pour le 25 décembre, nous avons décidé de passer Noël à Paris tous les deux — ou trois, le cas échéant — tandis que nos parents et grands-parents fêteront Noël chacun chez eux. Ce sera notre premier Noël à Paris, et notre premier Noël sans nos familles, expérience intéressante en vue. Ou alors, je passerai Noël à la maternité avec M et mon mari rejoindra des amis à nous qui font une soirée des chats perdus 🙂 Pour la famille, on se rattrapera au baptême de M, qui est prévu pour le 8 janvier. En fait, ce sera à l’espagnole, on va fêter les rois !

Du coup, même si c’est un peu tôt, nous avons réfléchi à comment nous fêterons Noël en famille par la suite. M est le premier petit-enfant des deux côtés donc elle sera probablement la star de la fête quoi qu’on y fasse… Mais comme nos deux familles sont catholiques, je pense que nous arriverons quand même à éviter la débauche de cadeaux, et surtout le Père Noël.

Nous sommes très fermes là-dessus, pas question de la faire croire au Père Noël. Déjà, parce que pour nous Noël est une fête religieuse avec un vrai sens beaucoup plus fort que le marketing du Père Noël. Nous avons décidé de faire baptiser M dès que possible et de lui faire partager notre foi, ce n’est sûrement pas pour lui raconter des histoires de Père Noël.

Noël est la naissance du sauveur envoyé par Dieu, qui s’est fait tout petit, est né parmi les pauvres après que ses parents ont été rejetés de toutes les auberges (eh oui petite M, certains enfants n’ont pas ta chance, au lieu d’une chambre douillette chez une famille aimante ils dorment dans la rue…) et a vécu toutes les expériences de la vie humaine avant de se sacrifier pour les hommes. Les cadeaux de Noël, c’est en référence aux cadeaux des mages : l’or, l’encens, la myrrhe. Ces cadeaux font l’objet de plusieurs interprétations possibles, dont l’une des plus courantes est : l’or symbolise la royauté de Jésus, l’encens est l’attribut traditionnel du prêtre, la myrrhe est utilisée pour embaumer les morts et rappelle donc la mort de Jésus sur la croix.

J’aime bien les mages, d’ailleurs. Dans la Bible rien n’indique qu’ils soient rois, ils sont plutôt présentés comme des sages, des astronomes — rien n’indique non plus qu’ils soient trois, on estime traditionnellement que c’était le cas parce qu’ils offrent trois cadeaux. Ce sont des païens, mais ils font le long voyage de leur pays à Bethléem pour voir Jésus parce qu’ils ont « vu son astre à son lever et [sont] venus lui rendre hommage » (évangile selon Matthieu, chapitre 2, verset 2 — je découvre à cette occasion que Matthieu est le seul évangéliste à mentionner les mages). L’étoile les précède et leur indique où se trouve Jésus. Je trouve que c’est une belle illustration de foi : ils ne sont pas juifs, donc même s’ils ont lu les prophéties sur le Messie ils n’y croient pas, a priori, mais cette étoile leur suffit pour se mettre en route et venir honorer Jésus. Avec des cadeaux qui ont une signification spirituelle, pas trois tonnes de jouets en plastique couinant et de peluches avec lesquels il ne jouera pas. Je préfère très largement raconter à M cette histoire à laquelle je crois plutôt que le folklore d’un vieux barbu en costume rouge dans son traîneau tiré par des rennes. Qui n’est d’ailleurs qu’un avatar de Saint Nicolas, lequel continuera à avoir droit à sa fête dédiée chez nous.

Au-delà de ça, je pense que j’éviterais le Père Noël avec M même si nous n’étions pas croyants. Parce que c’est un mensonge, et que j’ai envie d’apprendre à M que c’est mal de mentir. Donc il faut que nous, ses parents, donnions l’exemple. Et même d’un point de vue purement utilitariste, pourquoi éroder notre capital de crédibilité auprès d’elle avec un mensonge aussi inutile que celui du Père Noël ?

Donc voilà, dans toute la mesure du possible Noël chez nous ce sera, dans l’ordre : la célébration de la naissance de Jésus, se retrouver en famille. Et puis bouffer !

Publicités

Responses

  1. Accessoirement, le baptême aura lieu le lendemain du Noël russe (certes orthodoxe) 😉

    Pour le fait de réunir les familles à Noël, c’est « simplifié » par le fait que vous soyez tous deux enfants uniques. Imagine une famille de 4 enfants (pure coïncidence), dont 3 sont en couple, avec éventuellement beaux-frères et belles-soeurs de tous les côtés. Ca devient vite un calvaire à base de « tes parents ou les miens ? ». Rajoute les parents divorcés, et c’est fini.

    Sur le Père Noël, je suis globalement d’accord avec vous : Noël a suffisamment de magie pour se passer de ce genre de tradition qui n’en est pas une. J’ai toujours préféré et trouvé plus belle l’histoire de Saint-Nicolas, personnellement : le jour où j’aurai des enfants, je leur raconterai et nous célébrerons cette fête. Avec chocolat, bredele et vin chaud 🙂

    • tu ne parles pas du tout d’expérience, dis ?! 😉
      Dans ces cas, ça peut en fait être un bon moyen d’éviter les beaux-frères et autres qu’on n’a pas envie de voir… « ah, tu y vas pour Noël ? Oh, je suis désolée, nous on est obligés d’aller chez mes beaux-parents, du coup on ne vient que pour le jour de l’an, dommage, tu seras déjà parti… une autre fois, hein ? »

      • D’expérience ? Nooooooon. Te dirai ça dans 3 semaines 🙂

        En tout cas ça va nous permettre d’aller nous « isoler » dans ma famille en Suisse pendant 4 jours, à la montagne, au calme, au lieu d’être tous les jours une dizaine à table.

        Pour l’histoire des cadeaux offerts par les proches ou par le Père Noël, maintenant que j’y pense, oui, c’était toujours « de la part d’Untel », malgré une liste au père noël ou un truc similaire. Un peu comme si tous avaient envoyé les cadeaux au Père Noël pour qu’il les redistribue le 24 au soir. A bien y réfléchir… complètement illogique, limite stupide.
        L’option « c’est une histoire qu’on raconte, certains de tes camarades ont choisi d’y croire » est sans doute la meilleure (au moins pour maintenir des relations cordiales avec les autres parents d’élèves…)

  2. Merci pour ce partage de vie et de connaissances.
    Une naissance proche de Noël… un prénom qui commence par M…
    🙂

    Pour avoir un vécu de fête de Noël assez semblable au tien (en famille, avec la messe de Noël le 24 au soir… mais aussi plein de cadeaux le 25 au matin puis un grand repas avec une grande famille), ça me ferait bizarre d’imaginer un Noël en petit comité… Je n’y ai jamais pensé en fait…

    Belle préparation de l’avent à vous

  3. Je comprends ta conception de Noël!
    Mais as-tu pensé aux explications que vous lui donnerez sur le Père-Noël? car rien qu’à l’école… elle ne va pas y couper 😉

    Moi l’idée du Père-Noël me plait bien, en revanche ce qui me gêne c’est que l’enfant croit, ainsi, que les cadeaux sont offerts par ce bonhomme… il ne peut donc pas remercier les personnes qui les lui offre.
    En même temps ce sont nous, parents, qui remercions les personnes généreuses… et puis ça ne durera que quelques années, finalement.

    connais-tu ce blog?
    il est tenu par une mère de famille nombreuse (6 enfants), qui avait d’ailleurs une petite série dans l’émissions Les Maternelles de l’année dernière (ah! ça c’est une émission qu’on regarde souvent en congé mat’, d’ailleurs 😉
    Je trouve Cécile géniale, drôle, fun, tout en élevant ses enfants dans la foi et les valeurs traditionnelles.
    Elle y parle notamment de sa conception du Père-Noel
    http://8alamaison.unblog.fr/

    (bon y a un souci de Proxy depuis hier sur son blog mais l’accès devrait être rétabli bientôt)

    • Merci pour le lien, je vais aller voir !
      Oui, effectivement si les autres parents à l’école racontent l’histoire du Père Noël à leurs enfants… version mon mari : rien à fiche, c’est des conneries le Père Noël, et si c’est notre fille qui apprend sa non-existence à ses camarades, tant pis, ou tant mieux ! Version plus soft, on lui dira peut-être que c’est une histoire, comme Blanche-Neige, et que certains de ses petits camarades ont choisi d’y croire.

      Et effectivement, l’idée des cadeaux qui tombent du ciel ne me plaît pas. D’ailleurs, quand j’étais petite, mes grands-parents, oncles, tantes, offraient des cadeaux soi-disant « du Père Noël » mais tout le monde aurait trouvé inadmissible que je ne les remercie pas !

  4. Bonjour, je ne veux absolument pas créer de polémique et je respecte vos croyances même si je ne les partages pas. Vous dites que le père noël est une grosse connerie de mensonge et je suis entièrement d’accord avec vous mais n’est ce pas (ou ne peut il pas être) qu’un support pour des idées de partages et de générosité ? Le père noël est un mythe tout comme Jésus, Dieu, Satan, Allah ou le Mcdo sain pour la santé (fondé sur une vérité ou non ce n’est pas le problème). Ce sont des histoires servant à inculquer des valeurs aux mômes (et aux plus vieux) qui les écoutes et à les rassembler autour de ces mythes. Ce que je veux dire c’est que c’est vous qui créez l’image que votre enfant aura du père noël et qu’il serai peut-être triste qu’il soit vu comme « étrange » par ses petits camarades parce qu’il ne croit pas au père noël. D’autant plus que Saint Nicolas est une figure païenne, originaire de Turquie, « empruntée » (remplacée) par l’Eglise au Moyenne Age et le père noël n’en n’ai que l’évolution donc niveau tradition les deux ce valent je dirai. Pour finir je pense que ce qui compte ce n’est pas le support mais le message qu’il sert à véhiculer et qu’il est dommage de s’enfermer dans des pseudo traditions mais ce n’est que mon avis personnel et je ne suis qu’un simple d’esprit. Voila j’ai fini, si ce message vous dérange ou vous plait ce n’est pas la peine de répondre car il n’a pas pour vocation à pourrir ce blog.

    Bonnes fêtes de fin d’année.

    Benoît.

    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.
      Je ne comprends pas comment vous définissez un mythe ? Le Père Noël n’existe pas, c’est un fait, aucun adulte n’y croit, donc raconter qu’il existe à ses enfants revient, soit à mentir, soit si vous préférez à raconter une histoire. Alors que les parents qui parlent de Jésus ou Allah à leurs enfants le font parce qu’eux-mêmes y croient ! ça me paraît très différent.

      OK pour Saint Nicolas, d’ailleurs la tradition qui y est associée concerne essentiellement la nourriture ! Mais pour le message de Noël, ce qui me gêne dans l’histoire du Père Noël c’est :
      1. l’idée que les cadeaux tombent du ciel, alors que dans la réalité ce sont des gens qui aiment l’enfant qui ont dépensé du temps et de l’argent pour lui faire plaisir. On prive donc l’enfant d’une preuve d’amour, et de l’occasion de remercier l’auteur du cadeau
      2. le côté très consumériste : plus l’enfant reçoit de cadeaux, mieux c’est, surtout quand on peut comparer avec ses petits camarades à la rentrée de janvier. Tes parents sont pauvres ? ah ben pas de chance… Et comme c’est le Père Noël qui est à l’origine des cadeaux, l’enfant n’est pas incité à « faire le Père Noël », faire preuve de générosité envers ceux qui l’entourent.
      Evidemment, plein de parents profitent de Noël pour inciter leurs enfants à être généreux, d’ailleurs les associations caritatives enregistrent des records de dons à cette période de l’année (oui, bon, la perspective du reçu fiscal doit sûrement compter aussi…). Il me semble juste que l’histoire du Père Noël n’est pas le meilleur support pour faire passer ce message-là en particulier.

      Joyeuses fêtes à vous !

  5. bonsoir,
    merci à marine d’avoir fait ma pub ici, et je lui renvoie les compliments, fan que je suis de son blog 🙂
    je partage vos idées largement, mais mettrais un bémol sur la manière d’élever les enfants dans l’imposture du Père Noël, on peut être un peu moins radical parce que le risque est possible de marginaliser ses enfants dans la cour de l’école en ne mettant que la signification religieuse à Noël. Nos enfants reçoivent une éducation religieuse à l’école, ne croient pas au Père Noël, offrent des cadeaux faits avec amour à nos familles, apprécient la joie d’offrir et celle de recevoir et la manifestent! Mais la magie autour du Père Noël les excite pas mal et ils n’iraient jamais dire à leurs copains que ce sont des menteurs parce qu’ils parlent du Père Noël, ce sont eux qui passeraient pour des fous-dingues, alors ils jouent le jeu, mais ne l’entretiennent pas. D’ailleurs, dans certaines écoles maternelles, le Père Noël passe apporter un cadeau à chaque enfant, c’est donc relayé par l’éduc Nat… d’où l’importance de se poser les bonnes questions comme vous le faites.
    Et puis dans les « fausses » informations qui circulent à l’école, il y en a des bien plus graves véhiculées par les enfants via les parents, et qui méritent je pense qu’on s’en inquiète davantage parce qu’elles ont un vrai impact sur l’avenir de nos enfants, allez, ce sera le sujet d’un billet 🙂

    Je vous souhaite un doux et chaud Noël

    • Bonjour !
      Je découvre votre blog qui est très sympa, et 6 enfants, bah… waouh !
      L’école, c’est un vaste sujet… mon mari et moi avons un esprit de contradiction assez développé, et je pense que les années d’école de nos enfants vont être un peu compliquées pour nous. Vous avez sûrement raison pour ce qui est des petits camarades, et je me souviens que, quand j’étais petite, c’était SUPER important de ne pas être trop différent des autres enfants. On va sûrement devoir prendre sur nous de temps de temps…
      Vous pensez à quoi en particulier parmi les fausses infos données à l’école ? Personnellement, un autre sujet qui m’inquiète un peu c’est ce que ma fille risque d’entendre sur « les garçons sont comme ceci, les filles sont comme cela ».

  6. pardon nos enfants reçoivent une éducation religieuse, mais pas à l’école (ils sont dans le public)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :