Publié par : Marie | 28 novembre 2011

Congé maternité

Bon, c’est officiel, je n’arrive pas à bloguer régulièrement tout en travaillant. Entre le bureau, le métro, les sorties, je n’ai pas le temps en semaine, et puis le week-end… bah je suis enceinte, donc je me repose !

Mais depuis ce matin, je suis en congé maternité ! C’est très bizarre. J’ai dormi jusqu’à 9h un lundi, et ma journée sera consacrée à un compte-rendu à finir pour mon boss et une séance de préparation à l’accouchement. Un peu peur de m’ennuyer en fait…

J’aurais pu partir en congé depuis 4 semaines déjà si j’avais demandé un congé pathologique, mais tout allait (va) très bien, et j’avais un peu peur de m’ennuyer à la maison. Du coup, ça m’a permis de décaler 2 semaines de congé prénatal vers le congé postnatal, pour avoir 12 semaines à passer avec ma fille au lieu de 10. Restent donc un peu moins de 4 semaines avant ma date prévue d’accouchement. Heureusement, à cette période de l’année je vais pouvoir m’occuper en faisant des petits gâteaux de Noël.

Et donc, pour l’instant, je découvre le congé maternité. Et je dois dire que je suis assez impressionnée. Je prends conscience qu’à partir d’aujourd’hui j’ai SEIZE semaines avec zéro obligation professionnelle, où je resterai payée l’intégralité de mon (confortable) salaire et pourrai prendre le temps de découvrir ma fille, l’apprivoiser, jouer avec elle, bloguer, voir des amis… Quant à mon mari, il n’a pas droit à un congé paternité (il est indépendant, avec une situation administrative complexe), mais il a la chance de pouvoir travailler à la maison, donc on pourra apprendre à être parents tous les deux ensemble, et nous relayer un peu. ça me rassure, parce que je n’ai toujours pas perçu chez moi d’instinct maternel, et je crois que j’aurais très peur de mal faire si j’étais toute la journée toute seule avec ma fille.

Quand j’ai parlé de mon congé maternité à une amie américaine, elle était stupéfaite et très envieuse. Rien de tel chez elle : si j’ai bien compris, il n’existe pas de congé maternité fédéral, ça dépend des employeurs, qui ne sont pas obligés de payer la salariée en congé. Au mieux, on a un congé maternité de 3 mois rémunérés, et pas d’aide particulière pour payer les dépenses liées à l’enfant et en particulier sa garde.

Tout ça pour dire : j’ai beaucoup de chance. Et bien l’intention de profiter au maximum de ce congé.

Publicités

Responses

  1. Bonjour Marie … C’est amusant la noosphère, je me demandais si, le jour venu (je ne sais pas si tu arrive à lire nos blogs en travaillant, mais petit résumé : je ne suis pas encore enceinte, ni en phase de pré-conception ^^), je n’allais pas m’ennuyer pendant les 4 semaines avant. Et te voilà qui nous raconte ton congé maternité … Merci qui ?

    Je suis heureuse que nous ayons tant de chance, et peut-être encore plus pour toi, qui a en plus la chance de t’en rendre compte,e t donc d’en profiter deux fois plus … 😛 Et aussi parce que ton mari sera là pour  » apprendre à être parent avec toi » (je cite car je ne peux pas dire mieux), ce qui me paraît être idéal pour vos débuts en tant que parents, et avec cet enfant-là …

    Juste une toute petite chose : je sais que ce n’est pas tout à fait le sujet, et que j’extrapole un peu à partir de peu, mais tu crois que nous avons un instinct maternel ? En ce qui me concerne, je crois que les hommes et les femmes ont un instinct parental (ou pas, mais bon, là on s’égare – ceci dit je n’ai aucun problème avec les chlidfree) différent, mais égal. Je crois que « l’instinct maternel », qui sous-entend que nous, les filles-femmes-nanas-cochez la case correspondante serions plus douées, c’est surtout une héritage de notre histoire… Une façon de distribuer les rôles, aussi …

    En tout cas, ravie de te lire, je vais suivre tout ce qui se passe ici de très près pendant au moins les seize semaines à venir !

    • 🙂
      Contente de te revoir ! Si je me souviens bien, tu avais écrit quelque temps après ton mariage que tu te posais la question d’avoir ou pas des enfants, ton mari et toi avez pris une décision sur le sujet ?

      En fait, je ne crois pas vraiment à l’instinct maternel, je pense que c’est très culturel tout ça, et apparemment des tas de femmes du XVIIIe siècle n’étaient pas plus torturées que ça par leur « instinct maternel » quand elles sous-traitaient les premières années de leurs enfants à des nourrices à la campagne et n’allaient jamais les voir…

      Ma propre enfance me laisse le souvenir de gens plus ou moins « maternels », plus ou moins doués avec les enfants, sans que ça dépende du sexe ou du fait d’avoir des enfants. Et mon mari, fils unique qui n’a pas spécialement l’habitude des enfants, devient instantanément le meilleur copain de tous les enfants qu’on croise. En fait, in abstracto, je lui fais beaucoup plus confiance qu’à moi pour être un bon parent ! Donc assez d’accord avec toi, je peux imaginer qu’un instinct parental existe, mais je ne vois pas pourquoi il se manifesterait uniquement chez les femmes…

  2. Re-bonjour !
    Je ne crois pas avoir écrit que nous nous posions la question à ce moment-là; mais que nous nous l’étions posée … Et que nous ne souhaitions pas forcément donner notre réponse à tous ceux qui posent la question 😉 Donc oui, la décision est prise !

    Je te rejoins, encore une fois, sur l’instinct maternel. Tant que tu confirmes que cette absence ne te paraît pas anormale, tout va bien… Je suis sûre que tu seras une très bonne mère, ne t’inquiète pas ! 🙂

    (Et j’aurais envie de donner un conseil de nullipare en forme de non conseil: faites selon ce qui vous semble bien, n’écoutez pas les gens… Bien sûr, ça vaut aussi pour ce conseil-là ^^)

  3. Welcome back !
    Je pense que ça me fera bizarre aussi quand ça arrivera le « 0 obligation professionnelle » ! (Je ne suis pas enceinte pour copier Petit Poison sur l’update de situation).
    Mais je suis persuadée que je ne m’ennuierai pas du tout du tout !

    Aux EU c’est effectivement hyper galère mais y’a des pays où c’est vraiment différent de chez nous dans « l’autre sens ». Par exemple en Suède les parents ont 14 mois à se répartir entre les 2 à partir du moment où le père prend (j’ai un doute) 3 ? mois minimum. Du coup les sociétés s’adaptent au congé des pères comme à ceux des mères. C’était juste étonnant pour leurs collègues français.
    Au Canada je crois que c’est aussi un peu le même principe.

    Enjoy !

  4. profite bien, Marie!
    (je sais, TOUT le monde doit te dire ça, mais c’est vrai)

    zéro obligation pro, mais aussi zéro contrainte à la maison, pas d’autre enfant à gérer, pas de réveil nocturne, pas de réveil tout court…
    Ce type de congé mat’ ne t’arrivera PLUS jamais ensuite! (car quand on fait d’autres enfants ensuite, la notion de « repos » est bien différente)

    c’est une période chérie, une chance folle, comme tu le dis, qui va te permettre de ralentir peu à peu ton rythme, de penser à toi, rien qu’à toi, à ton corps, à ton futur bébé… tu vas avoir le temps de penser, méditer, rêver, voire t’ennuyer… et tout ça, ça te servira beaucoup pour plus tard; une sorte de gros chargement des batteries pour passer ensuite de ‘ »l’autre côté » dans les meilleurs dispositions possibles.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :